Portail de François Jortay

Travailleur libre

Comment entretenir la peur et saturer des unités de soins intensifs ?

email Facebook Twitter
Màj : 25 jan. 2022   –   # pages : 1 [?]

corruption-medicale.jpg

La crise "de la covid-19" a révélé l'ampleur de la corruption médicale, et ses effets meurtriers sur les populations.

Voici la réponse type donnée par les médecins généralistes covidistes, aux demandes de consultation pour état grippal : « Vous ne pouvez accéder à mon cabinet médical qu'avec une attestation de test PCR négatif. Si votre test est positif, restez chez vous et prenez du Dafalgan, jusqu'à ce que les symptômes disparaissent. Si vous avez des problèmes respiratoires allez à l'hôpital, où vous serez traitée par des personnes habillées en combinaisons de protection » (sic).

Serment
d'Hippocrate
bafoué

Dans ces conditions, des pathologies respiratoires, liées ou non à la covid-19, ne seront pas traitées ... jusqu'à ce qu'elles se soient aggravées en hypoxémie ! Et l'on s'étonne que certains hôpitaux soient saturés, alors que des médecins de ville n'assument manifestement pas leur rôle de soignant ?

Et ce n'est pas tout : non seulement certains médecins vont jusqu'à nier l'existence des traitements habituels en matière d'infections respiratoires [1] ainsi que des médicaments repositionnés, mais d'autre part ils encouragent leurs patients à se faire injecter des vaccins "anti-covid", alors que la durée moyenne avant autorisation de mise sur le marché a été instantanément divisée par un facteur 20 pour ces vaccins expérimentaux : d'une quinzaine d'années à seulement quelques mois [2] !

Homicides
par non
assistance

Par conséquent, n'étant pas soignés correctement, de nombreux cas s'aggravent, et vont ainsi surcharger des hôpitaux, ce qui se traduit par une surmortalité [3].

Forces politiques et économiques nuisibles. Comment expliquer cette folie meurtrière ? La stratégie de la peur – propagée par les autorités scientifiques et médicales – n'est peut-être pas étrangère au fait qu'elle pave le chemin vers le traçage systématique – et extrêmement lucratif – de nos activités. Cela au prix des libertés, mais également d'un des plus grand génocides dans l'histoire de l'humanité.

[1] Notamment pour le traitement des surinfections bactériennes, par exemple au moyen de l'amoxicilline [source].

[2] On ne s'étonnera donc pas de constater de graves effets secondaires, telles que des cas de myocardite signalés après vaccination contre la COVID-19 : https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2788346. Et il faudra attendre une dizaine d'années avant de constater d'éventuels effets à long terme, tels que des cancers...

[3] konfedera.org/gestion-epidemies#effets-pervers-SNM > section 7.3.3.

Contact

jortay.net
menu.jpg

Une publication de François Jortay

top-of-page.png