Philosophie de la maîtrise

email Facebook Twitter
màj : 17 déc. 2018

Introduction

apprentissage-vers-maitrise.jpg

L'apprentissage conduit vers la maîtrise, inaccessible étoile mais source de lumière, instrument de navigation, dans un processus évolutif et permanent vers le mieux.

Car il est possible d'agir individuellement sur soi-même, et collectivement sur le monde. Appliquer une méthodologie bien conçue permet de maximiser l'efficacité de ce travail. C'est cela la philosophie, source de plénitude.

Loin des grandes phrases hermétiques, voici une philosophie de vie, pratique et concise, pour la maîtrise de vos projets de vie, relations à autrui et actions citoyennes.

Un esprit sain dans un corps sain

Commençons par le commencement ...

  • Alimentation équilibrée :

    • fruits, légumes, graines, poissons, viandes ;
    • boire au moins un litre d'eau par jour (sans compter les autres boissons, dont l'eau nocturne) ;
    • ne boire de l'alcool et ne fumer qu'occasionnellement.
  • Sport. Avoir une activité physique régulière, non traumatisante, et suffisamment intense que pour transpirer pendant au moins trente minutes :

    • soit des séances de trente minutes, six jours du sept ;
    • soit des séances d'une heure, un jour sur deux.

    Prévention des traumatismes

    Sont traumatisantes toutes les activités asymétriques (football, tennis, hockey, golf, ...) ou exercées en compétition. Sont non traumatisantes toutes les activités symétriques (natation, marche, vélo, jogging ...) exercées de façon non compétitive et alternée (natation + une activité de plein air : marche, vélo, jogging, ...).

    Pour prévenir les problèmes musculaires et tendineux (i) étirer (doucement et en décontraction) les muscles et tendons avant et après l'activité sportive ; (ii) boire un verre d'eau avant et après l'activité.

  • Chaussures. Utilisez de préférence des chaussures de ville minimalistes (pas de talon, semelle fine, structure souple), afin de prévenir les problèmes articulaires (surtout au dos).

  • MDM. Au moins une fois par semaine pratiquer une séance MDM (mouvements-décontraction-méditation) :

    1. Mouvements :

      • impliquant toutes les articulations, de bas en haut : pieds, chevilles, genoux, hanches, épaules, coudes, poignets, cou ;
      • rectilignes (lever/abaisser) et/ou circulaires (dans les deux sens) ;
      • lents, légèrement appuyés (pousser l'étendue du mouvement "jusqu'au bout") et avec décontraction de tout le corps.
    2. Décontraction :

      1. s'allonger à même le sol (pas de matelas, tout au plus une couverture) ;
      2. inspirer puis expirer par le nez, deux fois, lentement et à fond ;
      3. prendre conscience de la contraction musculaire de toutes les parties du corps, pour la relâcher :
        • de bas en haut, un membre et puis l'autre : doigts de pied, voûte plantaire, cheville, mollet, cuisse (av/ar) genoux, fessiers, hanches, ventre, reins, colonne, pectoraux, épaule, coude, poignet, doigts, cou, muscles du crâne et du visage;
        • quelques dizaines de secondes par partie.
      4. prendre conscience de l'état de décontraction du corps dans son ensemble, et ressentir l'impression que si le sol s'affaissait votre corps flotterait dans le vide.
    3. Méditation : toujours allongé, ne pensez plus à rien : il s'agit d'atteindre un état de plénitude par le plaisir psycho-physique d'absence d'activité psychique et physique consciente ...

      • Exercice difficile qui demande une pratique régulière de plusieurs années pour pouvoir rester plus de cinq minutes sans penser.
      • Si vous entendez tous les bruits autour de vous c'est que vous ne pensez plus à rien. Mais ce à quoi il faut arriver c'est de ne pas les écouter, et de seulement les entendre.
  • Sommeil :

    • ni trop, ni trop peu : 7 à 8 heures ;
    • commencer avant minuit ;
    • induction :
      • tisane de plantes sédatives (camomille + tilleul + ...) ;
      • lecture au lit : article scientifique dans votre langue maternelle sur un sujet qui vous passionne ;
      • prendre conscience de la contraction des muscles du visage, pour la relâcher : front, autour des yeux, du nez et de la bouche, mâchoire.

Maîtrise de votre projet de vie

  • Réalisme. Le monde n'est pas, et ne sera jamais parfait.

  • Optimisme. Critiquer ne produit généralement que des réactions négatives. Il est plus rationnel de concentrer son énergie et son temps à la réalisation de solutions.

  • Coups durs. Chaque coup dur qui nous arrive présente des opportunités, qui sont autant de germes imprévus, nous bousculant hors de notre zone de confort. Cela est vrai pour tous les changements.

  • Présent. Ressasser le passé ne sert à rien (mais il est utile de le connaître), et se projeter trop dans l'avenir c'est généralement se tromper. Vivre au temps présent c'est agir dans le concret pour construire : améliorer (qualitatif) et développer (quantitatif).

  • Temps. Il faut savoir attendre, donner du temps au temps. Rien n'est immuable, tout se transforme, les individus et les groupes qu'ils constituent. Ces changements sont autant de germes d'opportunités.

  • Dérision. Ne pas prendre la vie trop au sérieux.

  • Capacités. Connaître ses faiblesses, afin de ne pas s'engager dans des voies qui nous y confrontent. Il faut se fixer des objectifs que l'on peut atteindre sans trop de difficultés.

  • Croyance. En limitant nos croyances nous ouvrons le champ des possibles. Il s'agit de trouver l'équilibre le plus productif entre doute et croyance.

  • Confiance. Avoir confiance en soi (sans se sentir supérieur) facilite l'action et la relation. La confiance en soi se construit par l'amélioration (qualitatif) et le développement (quantitatif) régulier d'un savoir pratique.

Maîtrise de votre relation à autrui

  • Bienveillance. Ce n'est pas seulement être reconnaissant et généreux, c'est aussi refuser de nuire à autrui.

  • Empathie. Comment réagirais-je si cette personne se comportait envers moi comme moi je me comporte envers elle ? Quels sont ses objectifs et contraintes ?

  • Sourire. Le sourire est communicatif.

  • Soi. Savoir dire non. Être conscient de notre propension à calquer nos opinions sur celles d'autrui (surtout lorsque "autrui" est nombreux et/ou fort/éclatant).

  • Assumer. Il est facile de rejeter la responsabilité sur autrui, plutôt que de regarder notre part de responsabilité dans ce qui nous arrive.

Modèle Hexaco

Le modèle HEXACO [source] identifie six types de traits de personnalité ("facteurs"), chaque type étant composé de quatre traits ("facettes") :

  • honnêteté-humilité : sincérité, équité, évitement de la cupidité, modestie ;
  • émotivité : appréhension, anxiété, dépendance, sensibilité ;
  • extraversion : amour propre social, audace sociale, sociabilité, vitalité ;
  • agréabilité : indulgence, gentillesse, flexibilité, patience ;
  • conscience : organisation, diligence, perfectionnisme, prudence ;
  • ouverture : appréciation esthétique, curiosité, créativité, non-conventionnalité.
Utilité

Toute taxinomie est par définition réductrice par rapport à l'infinie complexité de la nature en général (physique, biologie, ...) et de la nature humaine en particulier (psychologie, sociologie, ...). La lecture de cette liste peut néanmoins nous aider à mieux cerner notre personnalité et celle de nos proches (parents, collègues, amis).

Mieux se connaître nous permet de prendre conscience :

  • de nos points forts, afin de les exploiter ;
  • de nos points faibles, afin de les neutraliser ;
  • des points forts et faibles de chacun de nos proches, afin de mieux nous y adapter (PS : il est plus facile et éthique de se changer soi-même, plutôt qu'autrui).

Maîtrise individuelle de la consommation

La technologie prend une part de plus en plus importante dans notre vie. Mais toutes les applications technologiques ne sont pas pertinentes : certaines ont plus d'inconvénients que d'avantages, de sorte que nous devrions nous en séparer :

  • la voiture pollue, rend agressif, coûte cher -->

  • la télévision consomme notre temps libre, nous incite à consommer, et nous inculque par les "informations" et les "divertissements" une version partisane et biaisée (souvent violente et/ou anxiogène) de la réalité -->

    • pratiques recommandées : jetez votre TV dans un container à déchets, et consacrez le temps désormais libéré à des activités telles que la lecture d'articles scientifiques sur des sujets qui vous passionnent, ou encore une activité créative qui vous passionne.
  • le smartphone nous rend asocial par rapport aux personnes qui nous entourent physiquement, et nous soumet à la plupart des effets nuisibles de la TV -->

    • pratiques recommandées : (i) par défaut n'emportez avec vous qu'un stupidphone et n'emportez le smartphone (coupé) que si son usage est indispensable ; (ii) ne lisez pas vos messages en temps réel mais seulement une fois par jour ; (iii) faites comprendre à votre entourage que vous n'avez pas à être mobilisable sur appel --> ne répondez pas immédiatement.

Je puis témoigner que réaliser les substitutions recommandées ci-dessus (je n'ai pas même de smartphone) transforme considérablement notre comportement : c'est une véritable libération, source de joie et plénitude, mais surtout un passage à un échelon supérieur de conscience.

Sortir de la dépendance à ces drogues fétichistes que sont les moyens de communication consuméristes requiert une adaptation proactive :

  • déménager ou changer de lieu de travail en fonction de la disponibilité du réseau de transports publics ;

  • éviter la presse et s'informer directement auprès des sources originelles qui vous intéressent en s'abonnant à leur infolettre ou page Facebook ; et surtout, quelle que soit votre source d'information, ne la considérez pas comme l'expression de la vérité/réalité mais uniquement comme un incitant à lire des articles scientifiques contradictoires sur les sujets en question : une bonne méthode est de copier/coller le titre de votre article de presse dans la barre de recherche de Google Scholar.

    Vous constaterez à quel point l'immédiateté des articles de presse est liée à la nature répétitive, induite par les véritables fonctions de ce moyen de traitement des informations que sont les médias de masse, à savoir : nous inciter (i) à consommer (cf. les publicités dont sont si dépendantes les entreprises "d'information") ; (ii) à intérioriser (faire nôtre, même à l'encontre de nos propres intérêts) le point de vue de la classe dirigeante (cf. le bourrage de crâne médiatique pro-européiste et pro-atlantiste que nous subissons quotidiennement, à tel point que nombre d'entre nous ne voient plus ce matraquage comme tel mais comme l'expression de la normalité).

Un bon critère pour séparer bonnes et mauvaises applications technologiques : les bonnes nous incitent à l'action émancipatrice tandis que les mauvaises nous incitent à la paresse ou nous enferment dans l'addiction.

Maîtrise individuelle de la production

Nous entendons ici par "maîtrise individuelle de la production", la maîtrise par les individus des techniques de production de biens et services. Il ne s'agit donc pas du contrôle collectif des moyens de production.

Faut-il un diplôme ? Si vous avez besoin de prouver à autrui que vous avez un diplôme pour le convaincre d'acheter vos services ou produits c'est que vous avez un problème. Car il est très facile de montrer sur Internet vos productions. Par conséquent si elles ne sont pas visibles sur Internet c'est soit que n'avez rien réalisé, soit que vous n'avez pas les compétences suffisantes pour le montrer sur Internet (ce qui est moins grave mais quand même pas génial lorsque l'on voit à quel point Internet est devenu incontournable dans tous les domaines).

Conclusion : sauf pour les professions réglementées (comme médecin ou banquier) il n'est pas besoin d'un diplôme mais certainement d'une formation, si nécessaire une formation de base, et certainement de la formation tout au long de votre vie (formation continue).

Culture et émancipation numérique

Quelle que soit votre activité, une condition pour ne pas subir Internet mais le maîtriser, et ainsi accroître considérablement votre productivité, est d'être capable d'effectuer les opérations suivantes :

  1. remplacer Windows/Mac par un système d'exploitation (SE) libre/opensource sur votre ordinateur (nous recommandons debian.org) ;

    Les systèmes d’exploitation des ordinateurs: Histoire, fonctionnement, enjeux

  2. utiliser les commandes Unix dans une console ;

    Très utile pour manipuler efficacement les données et programmes de votre SE, et en particulier pour effectuer des opérations sur l'ensemble des pages de votre si web, notamment au moyen des commandes grep et sed.

  3. maîtriser les fonctions de base d'un tableur : test ;
  4. louer sa propre adresse web (c-à-d celle de votre site web et de votre e-mail) ;

    Par exemple chez gandi.net ou ovh.com.

  5. configurer son client Mail ;
  6. louer un hébergement pour son site web (NB : de préférence pas chez le même fournisseur que pour l'adresse ouaib, afin de pouvoir changer facilement d'hébergeur) ;

    Par exemple chez ovh.com.

  7. créer sa page ouaib (par exemple avec Bluefish) et la télécharger sur son hébergement (ce n'est qu'alors que vous serez capable d'utiliser pleinement un CMS tel que WordPress).

Formations gratuites :

Forums :

Formation
continue

Synonymes : formation en alternance, formation permanente.
La science et les technologies, et partant les modes de travail et de production, ont atteint un vitesse d'innovation telle que le paradigme "étudier puis travailler" doit être remplacé par le principe de formation continue, sans quoi l'on est rapidement dépassé et déclassé (généralement par des individus plus jeunes).

Cela implique que la formation doit être une démarche :

  • permanente (donc en alternance avec l'activité directement productive) ;
  • individualisée et volontariste (micro-formations insérées dans un projet personnel de production de biens ou services).
Formation
de base

Il peut s'avérer nécessaire dans certains cas (notamment les professions réglementées) de se consacrer exclusivement, pendant une certaine période, à une formation spécifique de base (mais en ne perdant pas de vue qu'il ne s'agit que d'une base).

Quelle
activité ?

Ne commettez pas l'erreur de choisir une activité en fonction de ce qu'elle peut rapporter financièrement. Choisissez plutôt une activité qui vous passionne. Le but dans la vie c'est le bonheur, or la richesse ne peut y conduire que si elle a été acquise par le plaisir de travailler. Si vous n'éprouvez pas de plaisir à travailler vous ne serez pas motivé, donc pas très compétent, donc pas très riche, ni matériellement ni psychiquement ...

Déterminez donc d'abord votre activité professionnelle avant de penser à la formation. Si vous n'avez pas d'idées, une voie consiste à consulter la liste des métiers en pénurie : France - Belgique. Si vous ne trouvez rien à votre goût il vous faut alors inventer une activité qui vous plaise.

Où trouver des
formations ?

Sachez d'abord qu'il faut combiner formation théorique et formation pratique.

La voie traditionnelle consiste à commencer par une formation de l'enseignement supérieur. Pour trouver des instituts de formation dans votre ville tapez "formations votreVille" dans la barre de recherche de votre navigateur.

Il existe de nombreuses formations gratuites (de quelques jours à plusieurs mois) pour les chômeurs : tapez "formations gratuites votreVille" dans la barre de recherche votre navigateur.

Cependant il est possible de prendre une voie plus autonome. Par exemple en se formant à la théorie par la lecture d'articles de Wikipédia (première approche), puis d'articles scientifiques (approfondissement) que vous pouvez trouver via des moteurs de recherche tels que Google Scholar.

La formation pratique se réalise par l'application de la théorie à des travaux pratiques concernant votre activité.

L'idéal est de combiner approches traditionnelle et autonome, et cela tout au long de votre vie. Celle-ci doit être guidée non pas par la recherche de l'argent mais par celle de la maîtrise d'une passion. C'est alors que viendront l'argent et le plaisir.

Métiers manuels : le compagnonnage

Les personnes qui souhaitent se former dans des métiers manuels seront bien inspirées en choisissant la voie du compagnonnage, généralement considéré comme "la formule 1" de la formation en matière de métiers manuels . Comme le souligne l'UNESCO, le compagnonnage c'est une philosophie d'apprentissage et de vie professionnelle, fondée sur la solidarité, la qualité et la culture locale [source]. Voir les formations proposées par les compagnons-du-devoir.com

Le compagnonnage, réseau de transmission des savoirs et des identités par le métier (9m02s 2010)

Dimension collective

Lorsque les individus s'organisent collectivement ils sont en mesure de démultiplier leurs capacités physiques et psychiques. C'est l'effet d'émergence, par lequel "le tout est plus que la somme de ses parties", comme l'illustre la relation entre intelligences collective et artificielle.

Cette problématique est déterminée par la façon dont opère le partage du pouvoir politique et le partage du pouvoir financier.