Portail de François Jortay

Créateur de la lasagne mystique

De l'URSS à Poutine

email Facebook Twitter
Màj : 9 sept. 2022   –   # pages : 2 [?]

URSS-Poutine.jpg

Pour une meilleure compréhension des événements actuels, voici la chronologie de la dislocation de l'URSS, jusqu'à l'accession de Vladimir Poutine au pouvoir en Russie :

  • Mars 1985 - décembre 1991 Mikhaïl Gorbatchev est le principal dirigeant de l'URSS. Il promeut une transformation de l'URSS vers le modèle occidental. Son ouvrage "Perestroïka" (1987) révèle cependant une surprenante sous-estimation de la prégnance et duplicité de l'impérialisme US.
  • Novembre 1989 Chute du mur de Berlin.
  • Mai 1990 Boris Eltsine, pourtant connu pour être sujet à un alcoolisme sévère, est élu président de la Russie soviétique. Il considère que les réformes de Gorbatchev sont trop timides car elles ne prônent pas la dislocation de l'URSS.
  • Mars 1991 Un référendum portant sur la question du maintien de l'Union soviétique donne 76 % de réponses favorables au maintien [source].
  • Juillet 1991 - décembre 1999 Eltsine ne tient pas compte du résultat du référendum et – dans le contexte d'un début de dislocation de l'URSS par une partie de sa classe dirigeante – réussit à se maintenir à la tête de la Russie, maintenant post-soviétique (Fédération de Russie).
  • Août 1991 En réponse au coup de force institutionnel d'Eltsine, des militaires communistes conservateurs tentent un coup de force militaire à Moscou. Mais, profitant de la confusion, Boris Eltsine réussit à neutraliser les militaires, semble-t-il avec l'aide des services de renseignement US [source].
  • Années Eltsine Les années 1990 sont marquées par l'appropriation – généralement frauduleuse – de fleurons de l'appareil productif de l'ex-URSS par les futurs "oligarques".

    Parmi ces individus on trouve un pourcentage étonnamment élevé de doubles nationaux israéliens [source], ce qui pose la question d'une possible implication de l'appareil d'État sioniste dans ces événements (notamment la fourniture d'informations privilégiées par les services de renseignement, ou encore l'avance de cash pour emporter des contrats de vente par la corruption).

  • 2000 : accession de Poutine L'ancien directeur des services de renseignement impose son pouvoir aux oligarques, en faisant arrêter les plus puissants d'entre eux, dont Boris Berezovsky. Plutôt que de nationaliser leurs entreprises, Poutine impose le modèle chinois à leurs propriétaires : pas de nationalisation, en échange de l'obéissance aux objectifs de l'État (patriotisme industriel).

    Dans les pays de l'UE, c'est plutôt un consortium de grandes entreprises qui domine les États [approfondir]. Mais ce n'est là peut-être qu'une autre façon de voir le même verre, à moitié plein ou à moitié vide. Dans les deux cas, il y a une forte intrication entre "élites" politiques et "élites" économiques.

  • 2016 Un sondage réalisé par le Centre Levada montre que plus de la moitié des Russes interrogés regrettent l’URSS, non seulement chez les plus de quarante ans, mais également parmi les jeunes nés après 1991 [source]. Et 60% des personnes interrogées estiment que l'effondrement de l'Union soviétique aurait pu être évité [source]. Sont ainsi confirmés les résultats d'autres enquêtes réalisées durant les années 2000 et 2010, suggérant qu'une majorité des russes ayant connu l'URSS regretterait sa disparition [source1, source2].

Article complémentaire : Invasion de l'Ukraine : analyse

FJ
COMMENTAIRES

0 commentaires.


Laisser un commentaire



Contact

jortay.net
menu.jpg

Une publication de François Jortay

top-of-page.png