Infolettre


Contenu. L'infolettre hebdomadaire de jortay.net traite de l'allocation universelle et de démocratie directe, ainsi que des thématiques liées : chômage, temps de travail, dette publique, développement durable, libre échange, monnaie, entreprises publiques, coopératives, États-nations, intelligence collective, Internet, ...

Inscription/annulation :

Alternative. Si vous ne souhaitez pas recevoir cette infolettre par courriel une alternative est de s'abonner à ma page facebook.com/francois.jortay

Dernières infolettres

22 février 2019 : Sur la différence entre sionisme et judaïsme

democratiedirecte.net/confederation-des-etats-nations#israel

15 février 2019 : Allocation universelle, revenu de base ou revenu universel ?

Pourquoi nous préférons l'expression "allocation universelle" à celles de "revenu de base" et "revenu universel" :

  • parce que l'universalité est la caractéristique essentielle du concept [1] ;
  • parce que la notion de revenu est contradictoire par rapport au principe d'inconditionnalité lié à l'universalité ;
  • parce qu'une partie de l'AU (du modèle synthétique) provient de l'allocation symétrique de la création monétaire [2], tandis que l'autre partie provient de la redistribution c-à-d la re-allocation des richesses (qui est indispensable pour limiter relativement les écarts de richesse).

Popularité des dénominations (NB : entre guillemets c-à-d expression exacte) selon le nombre de références sur Goggle Scholar :

  • allocation universelle : 2130
  • revenu de base : 1560
  • revenu universel : 1020
  • salaire à vie : 115

Approfondir : allocation-universelle.net/modeles

------
[1] https://allocation-universelle.net/definition
[2] https://allocation-universelle.net/financement

8 février 2019 : Vote par Internet et informatique quantique

L'article suivant appelle quelques commentaires complémentaires :
lesoir.be/2019-02-05/gilles-brassard-un-ordi-quantique-detruira-toute-confidentialite-sur-internet

L'informatique quantique transforme l'actuel paradigme de sécurité par l'abandon du mythe du système inviolable, et son remplacement par l'impossibilité de lire (et qui plus est modifier) des programmes et données créés sous forme quantique, sans que cette action soit repérable.

Les futurs ordinateurs quantiques seront certes en mesure de décrypter toutes les clés de chiffrements : même augmenter la taille de la clef ne suffirait plus. Les premières organisations qui réussiront à fabriquer un ordinateur quantique (est-ce déjà le cas ... ?) disposeront donc d'un pouvoir énorme (ce qui pose la question du contrôle démocratique des principaux moyens de production).

Cependant des ordinateurs classiques suffisent pour mettre en œuvre la cryptographie quantique en codant la clef de sécurité dans des photons (particules de lumière) ou des impulsions lumineuses, qui ne sont rien d'autre que des "objets" quantiques. Et par leur nature même, le simple fait de tenter de lire les informations qu'ils transportent suffit à les perturber, et partant à donner l'alerte. Ce principe vaut également pour les interférences naturelles.

L'étape suivante consiste donc à créer sous forme quantique les programmes et données des systèmes de votation par Internet. Il serait alors impossible pour un hacker de les lire (et qui plus est de les modifier) sans que cela soit repérable, puisque tout état quantique se modifie quand on l'examine. Ainsi supposons un avenir (sans doute pas très éloigné) où il sera possible d'organiser des votations (référendums et élections) à des coûts insignifiants : dès qu'une votation est constatée comme non piratée, elle peut être validée, et dans le cas contraire on la refait (d'autant plus facilement que le coût est insignifiant). Demeure certes la question de la validité ex-ante du code des systèmes de votation, mais l'intelligence artificielle apporte des solutions, telles que la preuve mathématique (méthode formelle).

Approfondir : democratiedirecte.net/vote-par-internet

1 février 2019 : Pourquoi cette brusque résurgence des manifestations pour le climat ?

La médiatisation du "global warming" connut un premier coup d'accélérateur au début des années 2000, à l'initiative de l'ancien vice-président US Al Gore [source] – perdant de l'élection présidentielle de 2000 – et cela au moment où la Chine se profile en rival économique (et polluant) de plus en plus menaçant pour les "intérêts US dans le monde".

Al Gore – homme d'affaire actif notamment dans des fonds d'investissement dans "l'économie durable" [source] – se vit décerner le prix Nobel de la paix 2007, en commun avec le GIEC « pour leurs efforts visant à renforcer et diffuser les connaissances sur les changements climatiques d'origine humaine (souligné par nous), et à poser les bases de mesures nécessaires pour contrer de tels changements » [source].

La propagande "pour le climat" est intense. En Belgique, siège de l'Union européenne, l'appareil d'État encourage même les écoliers à dénoncer l'inaction de ... ce même État [exemple1, exemple2].

Cette "schizophrénie" est reproduite par les jeunes mobilisés pour le climat, qui dans leur très grande majorité ne renoncent ni au smartphone, ni aux sports d'hiver ni aux voyages en avion. Les manifestations médiatisées sont l'occasion de se donner bonne conscience, à l'instar du tri des déchets et autre recyclage, dont la forte popularité est inversement proportionnelle à l'efficacité. Ces jeunes (et leurs parents) vont aux manifestations "pour le climat" comme leurs grands-parents allaient à la messe.

Le fait que ces manifestations, et leur intense médiatisation, connaissent brusquement une résurgence quelques mois avant les élections européennes n'est peut-être pas le fruit du hasard [source] : le taux de participation n'a jamais cessé de baisser, et depuis 1999 les abstentionnistes sont mêmes devenus majoritaires [source]. Alors que l'UE est de plus en plus critiquée, la propagande européiste exploite-t-elle le filon du catastrophisme climatique ?

Approfondir : allocation-universelle.net/developpement-durable/#changement-climatique.

25 janvier 2019 : Différentes conceptions du tirage au sort

Les diverses conceptions du tirage au sort (notamment aux niveaux de la fonction et du mode opératoire) peuvent diverger considérablement, comme en témoignent les commentaires d'un professeur en science politique de l'université libre de Bruxelles. Ainsi dans l'extrait suivant les quatre passages en majuscules sont faux, abusifs ou biaisés, par rapport au tirage au sort tel qu'intégré dans notre définition des principes de base de la démocratie directe [1] :

Extrait : « il (le tirage au sort) permettrait de prendre en compte les réalités vécues et d’élaborer des décisions consensuelles qui ne soient pas technocratiques. Le mécanisme est intéressant. Mais il y a deux problèmes majeurs. D’abord, une étonnante timidité. Ceux qui revendiquent ce système ne demandent pas de déboucher sur des décisions finales mais sur des propositions qui seront soumises au monde politique. Si le système de tirage au sort veut avoir du sens, il doit, à mon avis, déboucher sur un droit de décision laissé à des assemblées de citoyens. Mais sommes-nous prêts à cela, à faire en sorte que nos semblables deviennent nos maîtres ? À déléguer le droit de décider à une toute petite portion de la population, que nous n’avons pas choisie ? Deuxième problème : la lourdeur. C’est très long d’amener des amateurs en politique à délibérer, à écouter des experts, à élaborer des décisions qui tiennent la route. Et il est difficile de trouver des volontaires dans les couches les plus modestes, les moins diplômées de la population. La piste est intéressante mais elle a ses limites » [2].

Approfondir : democratiedirecte.net/tirage-au-sort

------
[1] democratiedirecte.net/definition#principes-de-base
[2] crisp.be/crisp/wp-content/uploads/analyses/2019-01-05_ACL-de_Coorebyter_V-2019-La_Libre_Belgique-Une_crise_profonde_de_la_legitimite.pdf

21 janvier 2019 : Méthodologie et démocratie directe

Notre méthodologie pour concevoir et implémenter collectivement (sans chef de projet ni "coordinateur") un système de démocratie directe a été considérablement améliorée au niveau de sa présentation, ce qui la rend nettement plus facile à appréhender. Notamment, elle commence par une synthèse permettant de comprendre l'essentiel en quelques lignes et un tableau.

Cette méthodologie pourrait s'avérer particulièrement utile aux gilets jaunes, pour qui les manifestations de rue ne devraient idéalement être qu'une étape mobilisatrice vers une démarche proactive, constructive, de fond et de long terme.

--> democratiedirecte.net/methodologie

13 janvier 2019 : Venezuela

Voici deux articles – un de la presse française, un de la presse russe – traitant du même sujet (le Venezuela) mais de façons très différentes :

À votre avis, laquelle de ces deux interprétations est la plus éloignée de la réalité ?

Une voie d'évolution : democratiedirecte.net/confederation-des-etats-nations

8 janvier 2019 : Imbécilité et réseaux sociaux

"Les réseaux sociaux et l'invasion des imbéciles" :
youtube.com/watch?v=qc7OlwrVUN8

Un point fondamental que cette courte vidéo n'aborde pas c'est la dimension dynamique : un avantage essentiel de la démocratie directe [1] sur tous les autres systèmes politiques est d'éduquer et responsabiliser la population par la pratique de la participation directe au pouvoir politique. Voulons-nous stagner ou progresser ?

Or, force est de constater que nous allons dans la direction opposée avec :

  • au niveau politique : l'Union européenne [2] ;
  • au niveau juridique, l'absence de statut pour la coopérative publique [3] ;
  • au niveau technologique l'absence de volonté politique d'appliquer les technologies de vote par Internet pour systématiser le principe du référendum décisif et d'initiative populaire [4] ;

------
[1] democratiedirecte.net/definition
[2] democratiedirecte.net/union-europeenne
[3] democratiedirecte.net/cooperative
[4] democratiedirecte.net/decision-collective-automatique

4 janvier 2019 : Philosophie pour tous

Proposez à vos enfants ou petits-enfants de huit à dix-huit ans de lire l'article suivant, puis d'en discuter ensemble : jortay.net/philosophie